Nouvelle Calédonie - Lyon - Paris

GUIDE : Avoir une communication plus assertive au travail en 3 scénarios

Avez-vous déjà admiré un collègue capable de gérer des situations difficiles avec aisance et professionnalisme et ce en toutes circonstances ? Le genre de personne capable d’éviter la colère et la frustration tout en résolvant un problème, et tout cela sans se plier et se soumettre à tous les souhaits de ses collaborateurs.

Ces personnes sont dotés d’un pouvoir essentiel au travail comme dans la vie de tous les jours : l’assertivité. Pour ceux d’entre nous qui évitent la confrontation comme la peste, ou, à l’inverse, ceux d’entre nous qui ont tendance à s’emporter, ce tempérament calme mais efficace, agréable et ferme à la fois semble surhumain. Ce pouvoir nécessite des compétences et peut pour certains prendre du temps à cultiver, mais c’est une qualité que vous pouvez (et devriez) aspirer à maîtriser.

Pour résumer simplement, l’assertivité est un juste milieu entre les deux extrêmes de l’agressif et du passif. Tandis que les personnes agressives ont tendance à imposer leurs idées d’une manière hostile : »c’est comme ça et par autrement », les personnes passives peuvent se laisser faire, renoncer à leur pouvoir et se laisser exploiter, allant ainsi droit vers l’épuisement professionnel et le ressentiment.

D’autre part, les personnes assertives ont tendance à rechercher et à créer des scénarios gagnant-gagnant. Ces personnes comprennent l’importance de faire connaître leurs désirs et leurs opinions, mais leur fierté n’est pas affectée si leurs idées ne sont pas choisies. Confiants, ces personnes abordent les situations avec une bonne dose d’objectivité. Par conséquent, elles sont capables de communiquer clairement et de relever des défis sans stress, sans drame et sans se renier.

De nombreuses personnes trouvent qu’il est difficile d’être assertif précisément parce que cela vous oblige à faire la part des choses entre affirmation et consensus. Pour vous aider à naviguer sur cette route sinueuse, voici quelques exemples qui vous montrent comment s’affirmer au travail. Nous avons choisi 3 scénarios que chaque personne a vécu ou vivra au cours de sa carrière.

Amener votre équipe derrière votre plan

Votre équipe est chargée de lancer une nouvelle campagne de vente et vous avez une idée géniale. L’équipe se réunit pour discuter de la manière de commencer et vous êtes enthousiaste à l’idée de proposer votre approche.

Approche passive: vous attendez que votre supérieur fasse la première suggestion, puis choisissez la voie de la moindre résistance en acceptant plutôt que de mettre votre idée sur la table ou même en suggérant des moyens d’améliorer sa stratégie.

Approche agressive: vous présentez immédiatement votre idée «parfaite» comme celle que l’équipe doit adopter et, sans reprendre votre souffle, vous commencez à assigner des tâches. Si quelqu’un essaie de suggérer une solution de rechange, vous secouez la tête et dites: «Cela ne fonctionnera pas.»

Approche assertive: Lorsque vous écoutez les diverses suggestions de vos collègues, vous reconnaissez leurs points forts et tentez déjà de résoudre les problèmes potentiels. Vous pourriez par exemple dire: «C’est une excellente idée de suivre les interactions des prospects. Et si on le faisait plus de six mois au lieu de trois ? Cela nous permettrait de collecter plus de données et de prendre de meilleures décisions pour le prochain exercice. »

Dans ce scénario, vous avez exposé votre cas d’une manière qui tienne compte du point de vue des autres et étayé vos idées par un raisonnement factuel plutôt que par des émotions. Vous avez contribué avec succès à la conversation, mais pas au détriment des autres membres de l’équipe.

Il est temps de relancer votre patron au sujet de cette augmentation, mais sa réponse n’a pas changé.

Après avoir demandé une augmentation lors d’un entretien avec votre patron, il vous a répondu que la société n’était tout simplement pas en mesure d’accorder des augmentations pour le moment, mais il vous a assuré que votre performance était telle qu’on ne vous oubliera pas au moment opportun.

Approche passive: vous ravalez votre déception et prononcez nerveusement: «Oh, c’est bon – pas de problème» pour apaiser la situation. Mais plus tard, vous rentrez chez vous et vous ressassez pendant des heures car vous estimez que c’est totalement injuste.

Approche agressive: après avoir appris que vous deviez attendre pour une augmentation, vous informez votre patron que vous allez commencer à chercher des opportunités ailleurs, où l’on vous traitera comme vous le méritez.

Approche assertive: parce que vous vous respectez et que vous avez besoin d’être indemnisé équitablement, autant que vous voulez comprendre le raisonnement de votre patron, vous ne laissez pas votre ego meurtri prendre le dessus. À la place, vous demandez plus de clarté sur l’avenir de la société et définissez des objectifs concrets que vous pourrez réexaminer plus tard.

Dans l’approche assertive, vous faites preuve de résilience en réagissant de manière proactive et tournée vers l’avenir, en signalant maturité, pondération et engagement vis-à-vis de la société.

Gérer votre équipe pour obtenir de meilleurs résultats

Un de vos collaborateurs commence à sérieusement négliger son travail. Ses livrables sont bâclés, d’autres collègues commencent à se plaindre de devoir prendre le relais, et en plus de cela, il arrive en retard chaque jour. Il est temps d’intervenir.

Approche passive: la prochaine fois qu’il rédige une terrible première ébauche de rapport, vous restez debout jusqu’à 2 heures du matin et vous le reprenez vous-même, puis vous parlez de sa mauvaise performance auprès d’autres collègues quand il n’est pas là.

Approche agressive: vous l’attaquez verbalement en lui rappelant que personne d’autre ne voudra l’engager et que vous lui faites une énorme faveur en le gardant dans votre équipe.

Approche assertive: lors d’une réunion privée, vous indiquez clairement pourquoi son travail n’est pas acceptable, en prenant soin de ne pas viser ses qualités personnelles mais bien son travail. Exploitez votre intelligence émotionnelle et votre empathie, demandez lui s’il se passe autre chose. Peut-être qu’il est aux prises avec des problèmes personnels qui l’empêchent de se concentrer sur son travail. Ou peut-être qu’il ne comprend pas bien vos instructions. Pour garder les projets sur la bonne voie et améliorer votre relation, vous devez planifier une réunion hebdomadaire et créer un canal de communication claire entre vous.

Dans la dernière option, vous avez pris le contrôle de la situation au lieu de laisser le problème persister et vous avez présenté un scénario dans lequel vous et votre rapport gagniez.

Apprendre à être assertif, c’est apprendre à être plus sûr de vous sans pour autant devenir un monstre d’arrogance. Vous gagnerez non seulement le respect de vos collègues, mais vous verrez aussi votre niveau de stress réduire. Votre confiance en vous grandira à chaque nouvelle interaction avec les autres. C’est sur cette route de choix que les gens assertifs se dirigent vers les meilleurs résultats. Ainsi, en vous entraînant à rechercher les opportunités gagnant-gagnant dans des situations difficiles, vous serez le grand gagnant.

%s