Nouvelle Calédonie - Lyon - Paris

SIMPLICITE ET BON SENS 

Collaboratif ? Directif ? Participatif ? Hard ou soft? Pas facile pour un manager de se repérer dans le maquis des modes managériales, de trouver son style, à la fois performant – c’est le minimum – et en adéquation avec sa personnalité et ses valeurs – idéalement. Croulant sous les conseils contradictoires, le manager se rallie in fine à une école de pensée, ouvre la boîte à outils et applique les règles d’or.

L’inefficacité de l’usine à gaz

Il est en effet démontré qu’une planification excessive crée des comportements stéréotypés chez les employés. Dans cette machine-usine, la personne devenue simple boulon ne développe plus de créativité et se déresponsabilise. Très prosaïquement, Brian Carney et Isaac Getz, dans leur ouvrage « Freedom, Inc » remarquent que les entreprises les plus performantes au monde ont construit des organigrammes allégés et se sont affranchis des technologies classiques.

L’impact négatif de la complexité se ressent dans la productivité comme dans le plaisir au travail.  Pour réinjecter vie et efficacité dans l’entreprise, il faut donc simplifier. 

Manager dans la simplicité

Le mot d’ordre – simplifier, manager avec bon sens – n’est pas si …simple. Cela suppose de se défaire de schémas reconnus, sécurisants, pour construire une organisation nouvelle.

Diriger une entreprise « avec bon sens » suppose que le manager se fasse confiance, qu’il s’écoute et accorde une attention au réel. Loin des manuels-grimoires, il est attentif à l’ensemble de son entreprise dans toutes ses composantes, il connaît les métiers, il sait les décrire de façon empirique. Il se rappelle les fondements de son entreprise et envisage son avenir au-delà des simples arguments financiers.

TT

Simplifier son organisation : quelques pistes concrètes

Ron Ashkenas, spécialiste en conduite du changement, donne quelques pistes pour réapprendre la simplicité dans son ouvrage  « Simply Effective : How to Cut Through Complexity in Your Organization and Get Things Done » ( 2009). En bref : réduire les échelons hiérarchiques et élargir les responsabilités ( organisation « plate »), identifier les étapes de process superflues, réévaluer en permanence les priorités.

Se centrer sur les besoins du client de façon pragmatique est encore la meilleure façon de simplifier son management. Car ce qui fait le sens de l’entreprise, le « pourquoi » elle existe … redevient l’objectif ultime.